FAQ

Conseil 1 : Ne vous rendez pas en agence sans rendez-vous

A partir du 4 novembre les accueils ne seront ouverts qu’aux personnes ayant un rendez-vous.
Plus de déplacements inutiles ! Pour être reçu en agence, contactez le Centre Relation Clients au 09 70 249 249 ou clients@lmh.fr (du lundi au vendredi de 8 h à 18 h).

 

Conseil 2 : Ayez le réflexe foire aux questions et Centre de Relation Clients !

Toutes les réclamations doivent passer par le Centre Relation Clients joignable au clients@lmh.fr ou 09 70 249 249 (du lundi au vendredi de 8 h à 18 h). Un conseiller l'enregistre et y associe un numéro d'affaire.
Pour toute autre question, un conseiller vous répond directement ou vous propose un rendez-vous personnalisé. Cela peut concerner : le loyer, les charges, le stationnement, les moyens de paiements, les réclamations techniques, les troubles de voisinage, la vie du bail, les mutations, etc.

Le saviez-vous ?
Une foire aux questions sur notre site internet vous permet d’avoir un premier niveau de réponse sur un grand nombre de sujets (que faire en cas de perte des clés, en cas de sinistres, l’assurance est-elle obligatoire, envie de transformations, etc.)

 

Conseil 3 : Patientez quelques instants si les lignes sont occupées

Tous les conseillers sont en ligne lorsque que vous appelez le 09 70 249 249 ? Patientez quelques instants… Le temps d'attente moyen n’est que de 3 min! 
Si vous raccrochez et rappelez immédiatement, le temps d'attente ne sera pas réduit. Votre appel sera en revanche prioritaire si vous patientez.

 

Conseil 4 : Privilégiez certaines plages horaires

Nos équipes sont présentes du lundi au vendredi de 8 h à 18 h, cependant un grand nombre d'appels au même moment peut diminuer la joignabilité de nos services.
Pour joindre le Centre Relation Clients plus facilement, évitez le lundi et privilégiez certaines plages horaires : 8 h – 9 h 30, 12 h – 14 h, 17 h – 18 h.

 

Conseil 5 : Utilisez le mail clients@lmh.fr

Vous avez une question à poser ou une demande de rendez-vous ?  Utilisez le mail en indiquant vos références client. Nos équipes traitent chaque email envoyé et y répondent.

 

Conseil 6 : Ne déposez pas votre courrier à l’agence

Les agences n'ont plus de boîte aux lettres. Tous les courriers doivent être transmis via votre compte locataire (en le photographiant par exemple), envoyé par email à clients@lmh.fr en rappelant votre référence client ou déposé au siège de LMH (425, boulevard Gambetta à Tourcoing).

 

Conseil 7 : Utilisez votre compte locataire

En tant que locataire, connectez-vous à votre espace dédié, en vous identifiant sur votre compte locataire. Vous accédez ainsi à votre quittance de loyer, vos charges, vos consommations ou encore les coordonnées de vos interlocuteurs et prestataires de votre résidence. Vous pourrez également prochainement suivre l'état de vos réclamations.
Si vous perdez votre mot de passe, cliquez sur « je réinitialise ». Attention, veillez à bien conserver l’adresse mail que vous avez ajoutée initialement, celle-ci est nécessaire pour la récupération de votre passe.

Et n’hésitez pas à consulter toutes les informations sur la foire aux questions du site www.lmh.fr !

  • le Service Client

Disponible du lundi au vendredi de 8 h à 18 h sans interruption (09 70 249 249 – clients@lmh.fr), il est à votre écoute pour répondre à vos demandes ou les rediriger vers les interlocuteurs compétents le cas échéants.

Pendant les horaires de fermeture du Service Client, soit entre 18 h et 8 h du matin et pendant les week-ends et jours fériés, un centre d'appel d'urgence reste à votre disposition.

Il vous faut contacter le 09 70 21 11 26*, uniquement en cas d'urgence.

Les demandes à caractères commercial ou administratif ne seront pas traitées.

Pour rappel, une urgence technique est un problème nécessitant une intervention d'urgence : fuite de gaz, inondation dans le logement, panne de chauffage, vitre cassée, problème d'eau chaude, panne de VMC...

Lors de l'appel, un conseiller téléphonique prend votre demande et informe l'entreprise prestataire afin qu'lle intervienne dans les meilleurs délais.
*
(numéro cristal. Coût d’un appel local, non surtaxé)


  • le personnel de proximité (Agent de propreté et Surveillant de patrimoine)

Affecté aux résidences pour garantir principalement la propreté des lieux et de leurs abords, la sortie des containers, l'enregistrement de certaines réclamations et une surveillance de premier niveau de la résidence.


  • le Chargé de Gestion locative

Assure tout au long de la vie du bail (de la signature du bail jusqu’au congé) la relation avec le locataire.

Il/elle contribue activement, à la gestion du recouvrement des loyers et des situations d’impayés (pré contentieux), et,  de par sa connaissance des ménages logés, à la prévention des situations de fragilité sociale.


  • le Manager Technique de Site 

Manage une équipe de proximité, organise et planifie leur activité. 

Il/elle a en charge la gestion technique de son patrimoine d'affectation afin de garantir la qualité de service.

Il/elle gère l'aspect budgétaire de son patrimoine, les sinistres et le suivi des chantiers.

Si votre problème concerne la robinetterie, le chauffage individuel et collectif, l'eau chaude ou la ventilation gaz vous pouvez dans ce cas contacter directement l'entreprise en charge de l'entretien dont vous trouverez toutes les coordonnées sur votre compte locataire.

 

Pour toute autre demande, contactez votre Chargé de Proximité ou le Service Client pendant ses heures d'ouverture (de 8 h à 18 h).
En dehors de ces heures si vous rencontrez une véritable urgence, appelez le 09 70 24 11 26.

Prévenez tout de suite LMH au 09 70 249 249 afin qu'une affaire soit créée

Tout sinistre endommageant le patrimoine de LMH doit être signalé à votre Chargé de proximité dans les 5 jours pour que ce dernier puisse orienter les assureurs gestionnaires sur les démarches à suivre (diagnostics obligatoires, recherche de fuites, etc.).

 

A défaut, LMH se réserve la faculté de mettre en cause tout occupant qui, par inertie, causerait une dégradation de ses biens ou une aggravation des désordres.

Parlez-en d'abord poliment à la personne qui est à l'origine du bruit ou de la nuisance. Votre voisin n'a peut-être pas conscience des troubles qu'il occasionne. A défaut d'avoir pu trouver un terrain d'entente, vous pourrez alors en informer le Médiateur de votre agence ou antenne qui prendra des dispositions pour trouver une solution amiable.

Vous pouvez adresser votre demande par courrier (siège), mail (clients@lmh.fr) ou téléphone (09 70 249 249). Il vous sera demandé de fournir la copie de votre carte grise et l’attestation d’assurance (et une pièce d’identité pour les non locataires).

Dès lors que votre responsabilité est engagée dans la perte ou la casse de vos clés, prenez contact avec votre assureur et ensuite avec un serrurier (les frais sont à votre charge).

Tous les travaux de transformation dans les logements doivent faire l'objet d'une d'autorisation écrite de LMH.
Vous devez adresser une lettre avec accusé de réception à votre agence ou antenne qui y répondra.
Si l'avis est favorable, les modalités d'installation vous seront précisées.
Certains travaux ne nécessitent toutefois pas d'autorisation écrite, il s'agit du remplacement de papiers peints, de la réfection des peintures, de l'installation d'étagères, de l'installation d'éléments de décoration (pose murale de rideaux, tableaux...).
Notez que tous embellissements et améliorations que vous pourriez faire dans les lieux loués resteront en fin de location et de quelque manière qu'ils arrivent, la propriété du bailleur sans indemnité, à moins que LMH ne préfère demander le rétablissement des lieux dans leur état initial, à vos frais.


Travaux et amiante : une nouvelle réglementation

La loi impose désormais un repérage avant travaux, visant à identifier une éventuelle présence d’amiante. Il est obligatoire pour tous travaux réalisés dans un logement construit avant 1997.
Cela concerne aussi bien les petits travaux d’entretien courant que ceux plus importants lors d’une réhabilitation.

Ce repérage amiante est réalisé par une entreprise spécialisée et doit obligatoirement intervenir dans un délai minimum de 10 jours avant le démarrage des travaux.
Cette nouvelle disposition vise à protéger davantage les locataires et leurs salariés.

En conséquence, LMH attire votre attention sur le fait que :

    • vous devrez désormais honorer 2 temps de présence dans votre logement pour favoriser l'accès à une entreprise lors du repérage puis lors de la réalisation des travaux.
    • le délai de réalisation des travaux est allongé de 10 jours en raison du respect de ce délai minimum.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Si votre immeuble a été construit avant 1997, des précautions sont à prendre en cas de perçage, ponçage, arrachage ou grattage.
Consultez le guide réalisé par le ministère du logement pour en savoir plus.
Dans ce cas bien évidemment, LMH ne diligente pas de repérage amiante, puisque les travaux ne sont pas à notre initiative.


L’amiante c’est quoi ?

Roche naturelle, l’amiante se présente sous forme de fibres très fines. Longtemps utilisé pour ses propriétés en matière d’isolation thermique ou acoustique et de protection contre l’incendie, l’amiante a parfois été mélangée à d’autres matériaux comme le ciment, la peinture, la colle pour la faïence ou les dalles de sol plastique.
Les matériaux et produits contenant de l’amiante peuvent libérer des fibres en cas d’usure anormale ou lors d’interventions dégradant le matériau (perçage, ponçage, découpe, friction...), notamment certaines colles de carrelage ou de faïence, certaines peintures et revêtements de sol (dalles plastiques)...
L’utilisation de l’amiante a été totalement interdite, en France, dans toutes les nouvelles constructions à partir de 1997 (date du permis de construire). Si le matériau contenant de l’amiante n’est pas dégradé, il ne présente aucun risque pour la santé.

Un logement occupé ne peut être vendu qu'à son locataire, s'il occupe le logement depuis au moins 2 ans.
Toutefois, sur demande de ce dernier, le logement peut être vendu à son conjoint ou, s'ils ne disposent pas de ressources supérieures à celles qui sont fixées par l'autorité administrative, à ses ascendants et descendants. Ils peuvent quant à eux acquérir ce logement de manière conjointe avec leur conjoint, partenaire ayant conclu un pacte civil de solidarité ou concubin.

Tout locataire qui occupe le logement depuis au moins 2 ans peut adresser à l'organisme propriétaire une demande d'acquisition de son logement.
La réponse de l'organisme doit être motivée et adressée à l'intéressé dans les 2 mois suivant la demande.

Dans le patrimoine existant

De manière conventionnelle, LMH soumet la présente opération d'accession au dispositif de garanties de rachat et de relogement visé aux articles L 411-2 al 9 et R 443-2 du CCH, dont les dispositions sont ci-après partiellement reprises pour la parfaite information de l'acquéreur :

" (…) III.- La garantie de rachat peut être demandée, par lettre recommandée avec avis de réception, pendant un délai de quinze ans suivant le transfert de propriété du logement, si, au jour de la demande, les conditions suivantes sont remplies :
a) Le logement est occupé à titre de résidence principale ;
b) La demande visant à bénéficier de la garantie de rachat est faite par l'accédant ou, en cas de décès de celui-ci, par ses descendants directs ou son conjoint occupant le logement au jour du décès et intervient dans un délai d'un an suivant la survenance de l'un des faits générateurs suivants
- décès de l'accédant, de son conjoint ou d'un descendant direct occupant le logement avec l'accédant ;
- mobilité professionnelle de l'accédant impliquant un trajet de plus de 70 kilomètres entre le nouveau lieu de travail et le logement ;
- chômage de l'accédant d'une durée supérieure à un an attestée par l'inscription à Pôle emploi ;
- invalidité reconnue de l'accédant soit par la décision de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées, soit par délivrance par le président du conseil départemental de la carte de mobilité inclusion comportant la mention "invalidité" prévue à l'article L.241-3 du code de l'action sociale et des familles, soit par délivrance par la commission précitée de la carte d'invalidité prévue à l'article L. 241-3 du même code, dans sa rédaction antérieure au 1er janvier 2017 ;
- divorce de l'accédant ;
- dissolution d'un pacte civil de solidarité dont l'accédant était partie.

L'organisme, ou toute personne morale avec laquelle l'organisme a conclu une convention à cet effet, est tenu de racheter le logement à un prix qui ne peut être inférieur à 80 % du prix de la vente initiale, ou, en cas de location-accession, du prix arrêté lors de la levée de l'option.
Toutefois, ce prix de rachat peut être diminué de 1,5 % au plus par année écoulée entre la sixième et la quinzième année suivant celle au cours de laquelle la vente initiale ou, en cas de location-accession, le transfert de propriété a eu lieu.

Ce prix peut, en outre, être minoré des frais des réparations rendues nécessaires du fait de dégradations qui ne relèvent pas de l'usage normal du logement ou de la vétusté de ses installations. Ces frais de réparation sont fixés sur la base du montant le moins élevé des trois devis à produire par l'organisme ou la personne morale mentionnée ci-dessus relatifs aux réparations à effectuer.

IV.- La garantie de relogement peut être demandée, par lettre recommandée avec avis de réception, par l'accédant ou, en cas de décès, par son conjoint, dans les quinze ans qui suivent le transfert de propriété du logement et dans un délai d'un an suivant la survenance de l'un des faits qui conditionnent l'octroi de cette garantie. Elle est soumise aux conditions suivantes :
a) Les conditions d'éligibilité à la garantie de rachat mentionnées au III sont satisfaites. Toutefois, la garantie de relogement ne peut être ouverte si le fait générateur de la revente du logement est la mobilité professionnelle de l'accédant ;
b) Le logement doit avoir fait l'objet d'une promesse de vente au moment où est effectuée la demande de bénéfice de la garantie de relogement ;
c) Les revenus de l'accédant ou, en cas de décès, de son conjoint, n'excèdent pas les plafonds de ressources maximum fixés par l'autorité administrative pour l'attribution des logements locatifs conventionnés dans les conditions définies à l'article L. 351-2 et dont l'accès est soumis à des conditions de ressources.

La garantie de relogement consiste, pour l'organisme ou toute personne morale avec laquelle l'organisme a conclu une convention à cet effet, à proposer à l'accédant ou, en cas de décès à son conjoint, trois offres écrites de relogement dans un logement locatif correspondant à ses besoins et à ses possibilités, dans un délai de trois mois à compter de la demande de mise en jeu de ladite garantie.

Le bénéficiaire de la garantie dispose d'un délai d'un mois à compter de la remise de la dernière offre pour exprimer son accord. À l'expiration de ce délai, la garantie cesse de s'appliquer s'il n'a pas accepté l'une des trois offres qui lui ont été proposées.

V.- Les contrats de vente de logements prévoyant les garanties mentionnées au présent article reproduisent les dispositions du III et du IV.

VI.- Pour l'application du présent article, est assimilée au conjoint la personne vivant en concubinage avec l'accédant ou le partenaire avec lequel l'accédant a conclu un contrat en application de l'article 515-1 du code civil.

 

En location-accession et en VEFA

Les opérations d’accession sociale à la propriété sécurisées font partie du service d’intérêt économique général, tel que défini par l’article L. 411-2 du Code de la construction et de l’habitation (CCH).
Ainsi, dans certaines circonstances, le ménage-accédant peut demander le rachat de son logement, à un prix convenu, et/ou le relogement dans le parc social.
L’organisme Hlm-vendeur doit alors racheter le logement, et/ou faire des offres de relogement, selon les modalités rappelées infra, dès lors que sont justifiées des conditions d’éligibilité par le demandeur.

Ces conditions et les modalités de mise en œuvre des garanties sont précisées d’une part, par l’article R. 443-2 du CCH, et, d’autre part, pour les opérations de location-accession agréées PSLA par l’arrêté du 26 mars 2004 modifié (relatif aux conditions d’application des dispositions de la sous-section 2 bis relative aux prêts conventionnés pour des opérations de location-accession à la propriété immobilière).

Pour une complète information de l’accédant, le contrat de vente ou de location-accession PSLA doit reproduire les dispositions réglementaires de l’article R. 443-2 (III et IV) du CCH.
L’article R. 443-2 du CCH précise que la personne vivant en concubinage avec l’accédant ou le partenaire avec lequel l’accédant a conclu un PACS est assimilé au conjoint.

En matière de location-accession PSLA, il résulte de l’article 27-1 de la loi n° 84-595 du 12 juillet 1984, définissant la location-accession à la propriété immobilière, que lors de la mise en œuvre de la garantie de relogement, les offres de relogement ne font pas l’objet de la procédure d’attribution des articles L. 441-2 et suivants du CCH, lorsque le vendeur est un organisme Hlm.