Légionellose : ce qu'il faut savoir

Légionellose : ce qu'il faut savoir

CONNAÎTRE LA MALADIE  ET LA PRÉVENIR

1. QU’EST-CE QUE LA LÉGIONELLOSE ?

La légionellose est une forme d’infection pulmonaire causée par des bactéries : les légionelles.
Plus de 1 200 cas de légionellose sont recensés chaque année.
La légionellose est une maladie soumise à déclaration obligatoire aux autorités sanitaires depuis 1987.

2. LES CONDITIONS DE PROPAGATION DE LA BACTÉRIE

Les légionelles sont des bactéries qui colonisent les eaux naturelles (rivières, lacs…) et les réseaux d’eau artificiels (canalisations) lorsque les conditions de son développement sont réunies. Néanmoins, la présence de légionelles dans l’eau n’est pas une condition suffisante pour provoquer la maladie.

Il faut savoir que les légionelles se développent et prolifèrent :
•     dans l’eau stagnante,
•      lorsque la température de l’eau est comprise entre 25°C et 45°C,
•      en présence de tartre, de résidus métalliques comme le fer ou le zinc, des microorganismes qui constituent le biofilm,
•      aux contacts de certains matériaux comme le caoutchouc, par exemple.

3. QUI PEUT ÊTRE TOUCHÉ ?

Chacun d’entre nous peut être concerné. Mais le risque de la maladie augmente fortement pour les personnes âgées, les fumeurs, et les personnes dont le système immunitaire est affaibli par certaines pathologies (diabète, cancer).

4. COMMENT PEUT-ON CONTRACTER CETTE MALADIE ?

La maladie est contractée en respirant des légionelles contenues dans des microgouttelettes d’eau contaminée.
La légionellose n’est pas une maladie contagieuse d’une personne à une autre. Elle est en réalité contractée par voie respiratoire.
Les principales situations d’exposition sont :
•     les prises de douches,
•     l’utilisation de bains à remous ou à jets,
•     l’usage d’humidificateurs ou d’aérosols d’eau contaminée.

Boire de l’eau ne provoque pas de contamination

5. COMMENT ÉVITER LE RISQUE DE CONTAMINATION ?

À ce niveau, il faut comprendre que tout le monde est concerné par la maîtrise du risque. En effet, la loi considère que chacun d’entre nous peut agir.
Il appartient ainsi au locataire de :
•     nettoyer, détartrer, puis désinfecter environ tous les six mois tous les embouts de la robinetterie (pommeaux de douche, flexibles…) équipant le logement. C’est pour cela qu’il s’agit d’une responsabilité locative car elle concerne le bon entretien du logement ;
•     laisser couler l’eau froide et chaude quelques secondes avant l’utilisation et au moins une fois par semaine au niveau des points d’eau qui sont peu utilisés. Pensez à faire cela également après chaque période d’absence prolon-gée, pour tous les points d’eau. Cela permet de renouveler l’eau qui a stagné dans les circuits. Petit conseil : pour éviter de gaspiller l’eau, vous pouvez l’utiliser pour arroser vos plantes ;
•     utiliser de l’eau stérile pour certains appareils comme le fer à repasser par exemple.

Et à Lille Métropole Habitat de :
•     maintenir les installations en bon état (veiller à l’absence de corrosion d’entartrage, lutter contre la stagnation et assurer une bonne circulation de l’eau en supprimant les "bras morts"…),
•     surveiller et maîtriser la température de l’eau chaude sanitaire, depuis la production et tout au long des circuits de distribution. L’eau chaude qui arrive chez vous doit être très chaude mais pas bouillante (au moins 50°C et au plus 60° au niveau de l’évier de la cuisine par exemple).
Si une situation le nécessite, Lille Métropole Habitat procède à un traite-ment par le chlore ou peut également réaliser un choc thermique, par augmentation de la température de l’eau.
Le cas échéant, LMH vous informe de ces dispositions techniques pour votre bonne organisation.
•     informer les locataires de toute situation (travaux…) qui pourrait engendrer une restriction d’usage de l’eau dans les logements (explication des moyens curatifs et consignes de restriction d’usage de l’eau). C’est la raison pour laquelle Lille Métropole Habitat vous informe systématiquement des travaux et des coupures d’eau intervenant dans votre résidence.

LE RÔLE DE LMH

Les analyses pour détecter les légionelles ne sont pas obligatoires pour les bailleurs sociaux.
Néanmoins, Lille Métropole Habitat procède chaque année à une analyse dans chaque résidence dont la production d’eau chaude est collective. Cette analyse prend en compte trois points différents du réseau :
•    le point de départ de l'eau chaude en chaufferie,
•    le point de retour,
•    le point le plus éloigné du point de production.

Au-dessous de 1 000 germes par litre d’eau, il n’y a aucun risque. Ce n’est qu’au-delà de cette limite que la maladie infectieuse peut se déclarer.

Retrouvez plus d'informations sur le site du Ministère de la Santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/legionellose

À lire aussi

Victor Dujardin nous a quittés

Victor Dujardin nous a quittés

J’ai appris avec beaucoup de tristesse le décès de Victor Dujardin, administrateur à LMH, au titre de l’Union Départementale des Assoc...

Hlm-info.fr : un nouveau site d'information sur le logement social

Hlm-info.fr : un nouveau site...

Suis-je éligible à un logement social ? Quels sont mes droits et devoirs en tant que locataire ? Puis-je acheter un logement social ?...

Didier MANIER, réélu Président de Lille Métropole Habitat

Didier MANIER, réélu Présiden...

Didier Manier, a été réélu Président de Lille Métropole Habitat lors de la tenue du premier conseil d’administration le 21 septembre 20...

Propositions du mouvement HLM

Que ce soit dans le domaine social, économique, écologique... Les HLM sont prêts à être les acteurs d’une relance juste et durableDécou...